Vite .... le récit de la journée 3 !!!

c'est parti pour une nouvelle journée sous le ciel bleu de Bobo ....

Nous assistons comme prévu à la montée du drapeau à 7h30.
Je suis impressionné par l'ordre et la solennité de l'instant !!
Les enfants se positionnent par rapport au drapeau et un silence "magique" précède le chant qui accompagne ce lever des couleurs.
Depuis hier, je suis admiratif de ces instituteurs qui arrivent à diriger près de 100 élèves par classe, alors qu'en France, il me semble que plus d'un aurait baissé les bras depuis longtemps au regard de l'ampleur d'une telle mission.
Alors que les enfants se dirigent de manière disciplinée vers leurs classes respectives, la journée se continue sur les chapeaux de roue avec des membres de l'équipe de l'école annexe toujours autant disponibles et impliqués.
Nous formons rapidement 2 équipes pour mener à bien les actions du matin :
Moussa, Alain, Céline et moi-même dans le pickup conduit par siriki pour finir les réapprovisionnements.
Catherine, Mireille et Fathi se dirigeant en même temps vers l'école maternelle des joyeux bambins (nous y reviendrons plus tard …).
A noter que le plein d'essence du pickup est financé aujourd'hui par l'association des parents d'élèves (l'APE) par rapport à la mise à disposition du véhicule pour nos besoins et surtout ceux des enfants. Il est très intéressant de noter que tout le monde s'implique dans le projet d'aide aux enfants, et nous apprécions ce geste à sa juste valeur.
En parlant de l'APE, Moussa nous explique un peu comment fonctionne économiquement cette association par rapport à la cotisation demandée aux parents.
La cotisation annuelle pour participer aux différentes actions de l'APE est de 3000 Francs CFA par an + 1000 Francs CFA demandée au titre de la participation à l'alimentation de l'enfant.  (pour mémo,1000 francs CFA = 1,5 euros environ)
L'effort demandé aux familles est plus que raisonnable !!
Par ailleurs, même si cette cotisation est obligatoire, l'APE a l'intelligence d'analyser les cas particuliers des familles en difficulté et faciliter l'accès à l'éducation des enfants les plus défavorisés.
En route pour acheter 1 tonne de haricot !!
C'est grâce à l'intervention du directeur de l'école annexe que nous obtenons un très bon prix pour les haricots !!
Moussa vérifie soigneusement chaque sac de 100 kgs que nous chargeons dans le pickup et s'assure que la qualité est au rendez vous.
Sa vigilence permet de sélectionner des haricots "propres" pour réutiliser ses termes et nous permet de rapidement remplir notre mission…
Retour à l'ENEP pour décharger cette tonne de haricots qui mélangée avec le riz garantira une alimentation à tous les enfants pendant plus de 2 mois.
Sans perdre une seconde, nous filons vers le distributeur d'huile pour acheter 300 litres. Là encore un très bon prix est négocié !
Il est 10 heures, nous confions à Moussa et siriki la mission d'aller charger la tonne de riz que nous n'avons pas eu le temps de récupérer la veille.
Nous demandons à Moussa d'en profiter pour boucler les achats d'alimentation avec les sacs de sel.
C'est très appréciable de pouvoir compter sur l'implication des équipes de l'ENEP, ce qui nous permet de tenir notre timing serré.
De notre coté, toute l'équipe se retrouve pour attendre Camara qui doit nous présenter le prototype des futures statuettes à l'effigie de notre association.
Un 1er rapide bilan est dressé de la visite à l'école maternelle des joyeux bambins:
Nous sommes reçus par le directeur et les instituteurs, qui sont régulièrement accompagnés dans leurs missions par des stagiaires.
L'école maternelle regroupe 3 sections avec environ 80 bambins par classe.
Notre visite a pour but principal d'analyser le toit principal de l'école et d'étudier un accompagnement financier pour sa réfection.
Le toit à 6 pans de l'école comporte quelques trous dans ses tuiles cimentées les unes aux autres.
La réparation s'est avérée compliquée et dangereuse pour le réparateur.
Cependant cette intervention ne justifie pas le montant du devis qui nous a été transmis avant notre visite.
On apprend que le devis en notre possession et qui nous paraissaient complètement déconnecté de la réalité date de plus de 2 ans !!
Il est convenu avec le directeur de faire réaliser un nouveau devis et de trouver un professionnel qui pourra proposer une réparation durable de ce toit.
Nous laissons nos hôtes en leur signifiant que nous repasserons dans la semaine avec les jouets et vêtements que nous avons collectés lors de nos manifestations en France (par exemple lors du dernier Vide grenier)
La rencontre avec Camara est brève et efficace, le prototype nécessite quelques retouches mais les fondamentaux sont là… une fois les directives données, nous lui annonçons que nous essaierons de passer le voir à son atelier dans l'après-midi.
10h30 :
Rencontre avec les membres de l'ASOF : l’Association pour la scolarisation des orphelins et filles au Burkina Faso.
Cette association a été crée en 2004 et reconnue dans ses statuts en 2006.
Nous rencontrons les principaux responsables qui nous expliquent que l'association se veut à caractère national, avec pour 1er site BOBO (avant peut etre de se développer vers d'autres régions du pays)
Nous avions déjà rencontré furtivement cette asso en 2009 lors de notre 1ère visite à Bobo (voir le film en page d'accueil du site).
Cette rencontre permet de mieux nous rendre compte de leur situation de toute évidence "compliquée" !
Plusieurs problèmes sont rapidement évoqués :
Les locaux visités sont confiés par la mairie à titre provisoire !! Par le passé, il est déjà arrivé que cette association ait eu besoin de se délocaliser en 2 endroits différents.
Dans ce contexte, il est très difficile à l'ASOF d'améliorer les infrastructures et il nous parait déraisonnable à notre niveau de nous engager dans des dépenses sans avoir un quelconque engagement de la mairie concernant une pérénité (même relative) dans l'attribution de ces locaux.
un RDV est rapidement fixé avec monsieur le maire d'arrondissement pour mercredi 9h00 … on sera vite fixés !!
Aujourd'hui, 2 instituteurs complètement bénévoles encadrent une vingtaine d'enfants défavorisés avec des classes d'ages mixtes.
Objectifs de réinsertion de ces enfants avec les bases théoriques (calcul et lecture) mais également la volonté de les former à des petits métiers .
Saré, le président de l'ASOF nous explique qu'ils ont mis sur pied une petite activité de production de savons avec les mamans ou tuteurs des enfants pour essayer de rapporter de l'argent et aider à financer les investissements prioritaires.
C'est plus que louable vu les conditions !!
Nous avons réellement envie de nous engager aux cotés de l'ASOF, et nous demandons à Saré de rapidement lister des priorités qui nous semblent en phase avec nos objectifs communs : l'accession à l'éducation, à la culture et au sport.
RDV est fixé au lendemain pour avancer ….
15h00 : Atelier de Camara
visite rapide qui nous permet de découvrir cet "artisan" dans son antre et de voir naitre nos statuettes à partir du bois à balafon. C'est en effet dans ce même bois que sont réalisés les instruments de musique traditionnels.
ça prend bonne tournure et la livraison des statuettes est prévue pour vendredi midi !!!
16h30 : rencontre avec l'équipe qui confectionne les costumes pour le projet culturel des enfants de l'ENEP
Là aussi, les choses avancent vite et bien, Sylvestre qui nous accompagne dans ce projet est également ravi.
Les 24 pièces (3 jeux de 8 tenues) sont planifiées également en livraison pour vendredi midi  !!!
17h00 : Rencontre avec le club de handball de Bobo
Toute notre équipe se dirige vers le terrain de Hand de Wobi, non loin du marché.
Nous y retrouvons les jeunes du club qui pratiquent leur sport de prédilection "pieds nus sur le terrain en goudron".
Le président Hermann nous rejoint et nous explique qu'il est fier de voir évoluer le club qu'il a créé il y a seulement 4 ans.
Nous avions déjà rencontré ce club en 2009 lors de notre première visite.
Le club comprend 90 jeunes aujourd'hui, et les résultats obtenus surtout chez les jeunes équipes féminines sont très encourageants.
Cette nouvelle prise de contact va surement renouer les liens avec ce club et ces jeunes sportifs.
Nous reviendrons dans la semaine leur apporter les trousses de secours et les baskets que nous apportés de France avec nous.
Retour à l'ENEP en fin de soirée..
La douche n'est pas au rendez vous car la coupure d'eau se prolonge
A noter que cette coupure touche tout le secteur de Bobo (pas seulement l'ENEP !!)
Pour pallier à cette coupure, l'ENEP a d'ailleurs mis à notre disposition des réserves d'eau qui nous ont permis de nous rafraichir… Grand Merci
Avant de terminer le récit de cette nouvelle journée, je souhaite signaler qu'il est vraiment appréciable de trouver du wifi à disposition dans nos hébergements.
Je ne pensais pas ça possible avant de venir et de le découvrir.
Ceci me permet aujourd'hui de vous faire vivre (un peu) notre aventure, et nous permettra dans les prochains jours d'installer une communication durable avec nos amis de l'ENEP avec qui, nous sommes en train d'accomplir des belles choses pour les enfants… d'ici !!
Pascal