Premier bilan de notre président

Premier bilan de notre président

Aussitôt rentré, Fathi nous propose un rapide retour sur ce séjour formidable !!

"Je ne peux pas parler de notre voyage au Burkina sans parler de la  belle initiative d'Alain Suiro et de Pascal Lagier : en prenant en charge toute la logistique du voyage, ils ont permis à 6 membres de l'association NEDA de participer à cette aventure.

Une aventure qui a débuté voilà déjà 4 ans avec les premiers échanges entre le Burkina et nous.Pour  ce voyage l’équipe était composée d'Alain Suiro, Catherine Van Der  Eecken, Mireille Grand'Eury, Pascal Lagier, Céline Levasseur et moi même.

team

Nous partons pour une semaine avec un programme bien chargé.Nous  avons laissé derrière nous la neige et des températures régulièrement  en-dessous de 0° contre un paysage plus sec et dont le thermomètre  dépasse les 35 °.

Le réveil était fixé à 7h avec une bonne  douche quand c'était possible suivie d'un petit déjeuner (thé, café ou  Dafani : le fameux jus de mangue orange accompagné de quelques  beignets.) C'était le temps calme de la journée.Les  tâches sont rapidement réparties et nous voilà partis pour une journée  marathon dans un objectif commun : le bien-être des enfants, entre  l'achat de denrées alimentaires, les réparations de ventilateurs et  circuit électrique, la rencontre avec les enfants, les conventions avec  les autorités compétentes pour officialiser nos différentes missions d'aujourd'hui et de demain...

Les journées passent extrêmement vite. Le temps d'un repas, un bilan, d'une douche, et c'est déjà 23h.Certains  d'entre nous sombre rapidement dans un sommeil rythmé par le bruit des  ventilateurs, d'autres prennent encore une ou deux heures pour finaliser  le travail de la journée.

La semaine est déjà finie, le  séjour touche à sa fin. C'est autour d'un grand repas que se font les  adieux, toujours aussi émouvants. Seule l'absence de Mélanie faisait  tâche noire. Mais nous savions tous qu'elle nous accompagnait par la  pensée durant toute la semaine.

Samedi  matin le grand départ avec les irréductibles pour les derniers au  revoir. Le trajet Bobo-Ouaga fut des plus sobres et pendant près de 6 h,  chacun d'entre nous était dans sa bulle.Brève visite du  centre artisanal avant de prendre l'avion. En 6h de vol, on passe d'une  température de 38° à  -3° à Paris. Nous nous séparons d'Alain d'un au  revoir bref puis c'est une course contre la montre pour attraper in  extremis la navette pour Marseille où le mistral nous attendait. Là  encore nous laissons Pascal dans les Bouches du Rhône et doucement nous  rentrons dans nos montagnes.
Un travail gigantesque a été abattu cette semaine grâce à une collaboration très étroite entre les différents protagonistes.

Bravo  et merci à tous, merci pour les enfants qui profiteront de cette  énergie déployée afin de leur permettre de s'épanouir dans de meilleures  conditions."
Fathi