A l’école primaire de l’ENEP de Bobo Dioulasso

Mélanie a réalisé son stage à l’école annexe de l’ ENEP (structure de formation des maîtres) dans la deuxième ville du Burkina Faso...

Elle a passé 4 semaines auprès des enseignants et des élèves et plus particulièrement dans une classe de 90 CM1 en tant que Professeur des Ecoles stagiaires. Cette expérience a permis de se rendre compte des réalités du pays quant aux conditions de scolarisation et aux difficultés dues au nombre d’élèves et des programmes d’enseignement.

ecole2

Témoignage de Mélanie : « L’éducation est l’affaire de tous au Burkina et les enfants sont conscients de la chance qu’ils ont d’être à l’école. Malgré les conditions les élèves sont très respectueux et disciplinés. Ce respect se confond parfois avec de la crainte vis à vis de certains enseignants autoritaristes. Il est difficile pour les professeurs d’être réellement efficaces pour tous mais leurs méthodes pédagogiques sont finalement proches des nôtres malgré le manque de liberté (programmes et horaires fixés nationalement). Chaque enseignant a pour volonté d’emmener ces élèves jusqu’au collège dont la condition première est l’acquisition du CEP (Certificat d’Etudes Primaires). On demande aux enfants un niveau très élevé en français alors qu’ils parlent une autre langue à la maison. J’ai donc pu faire classe à des CM1 en m’adaptant à ces différentes contraintes ce qui a été très formateur. J’ai aussi pu leur proposer du soutien en soirée afin de leur faire découvrir des activités ludiques ou de retravailler sur des difficultés particulières. Cette expérience a été nourrie de riches échanges avec l’équipe pédagogique et de nombreux liens se sont tissés avec eux comme avec les élèves.»
Fathi l’a rejoint afin de proposer des activités sportives

nini1

aux élèves avec l’accord et l’enthousiasme du directeur. Toutes les classes ont pu bénéficier de ses interventions au cours d’une semaine. Elèves comme instituteurs ont trouvé un plaisir non caché de pratiquer des disciplines inconnues pour eux. Les professeurs ont été séduit par les effets bénéfiques de l’apprentissage sous forme ludique. En effet le manque de matériel et de temps ainsi que la densité du programme ne leur permet pas ce genre de pratique. En revanche ils ont promis de pérenniser ces activités ce qui sera facilité notamment par le matériel qui leur a été laissé.
Une correspondance a été entamée entre la classe de CE2 de cette école et une classe de CE2 CM1 de l’école de Romette dans laquelle Fathi intervient.
Les 4 semaines dans cette école ont été clôturées par un don de fournitures scolaire achetées sur place et de livres amenés de France ainsi que la construction d’une bibliothèque et la fabrication d’une cloche par des artisans locaux.